Accueil > Union Européenne & formation > Actualités > Réseau européen de l’instruction de base (EBSN European (...)
PNG - 4.2 ko

Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne
dans le cadre du réseau Euroguidance

Réseau européen de l’instruction de base (EBSN European basic skills network)

Du 31 mai au 2 juin 2017, le Luxembourg a accueilli l’assemblée générale et la conférence annuelle du réseau européen de l’instruction de base (EBSN European basic skills network ). Plus de 100 experts de 20 pays européens ont participé à ces événements.

EBSN, créé en 2010, est l’association européenne des décideurs et acteurs de l’instruction de base, qui regroupe des ministères, des instituts nationaux de la formation des adultes, des universités, des associations du domaine de la formation des adultes et des organismes de formation. Actuellement le réseau comprend 80 membres de plus de 35 différents pays. Il collabore étroitement avec la Commission européenne et avec l’Unesco.

L’objectif du réseau est de développer et de soutenir des politiques d’instruction de base qui garantissent que tous les adultes ont accès à l’éducation et à la formation tout au long de la vie, à l’emploi et à la citoyenneté active.

Cette année, la conférence était placée sous le thème "basic skills for integration". Un thème d’une grande actualité suite à l’afflux massif de primo-arrivants et de demandeurs de protection internationale qui ne maîtrisent pas notre alphabet et nos langues.

Pendant les deux jours de cette conférence, les participants ont échangé des idées sur les politiques et les dispositifs mis en place dans leurs pays respectifs.

L’apprentissage linguistique a été reconnu comme premier pas vers l’intégration. Il doit cependant être complété par le développement des compétences de base (lire, écrire, calculer) pour ceux qui n’ont pas (ou peu) été scolarisés ou par ceux qui ne maîtrisent pas notre alphabet.

La complexité de l’environnement linguistique au Luxembourg a surpris les participants européens et les dispositifs luxembourgeois développés pour y faire face ont été perçus comme bonne pratique.

Les participants ont par ailleurs souligné qu’il est essentiel que les différentes institutions qui interviennent dans l’intégration de primo-arrivants et demandeurs de protection internationale coordonnent leurs interventions et partagent leurs pratiques.

Source :EBSN, juin 2017

Mis en ligne le 12 juin 2017

Twitter

Publicité