Accueil > Union Européenne & formation > Actualités > Commission europpéenne : intégration des Roms
PNG - 4.2 ko

Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne
dans le cadre du réseau Euroguidance

Commission europpéenne : intégration des Roms

La Commission européenne a publié, le 30 août 2017, un rapport portant sur les politiques d’intégration des Roms mises en œuvre par les États membres.

Cette évaluation montre comment la situation des Roms a évolué depuis 2011. Le tableau d’ensemble s’améliore peu à peu. On observe ainsi une plus forte participation des Roms à l’enseignement préscolaire et une réduction du taux de jeunes en décrochage scolaire. En revanche, l’évaluation révèle aussi que pas moins de 80 % des Roms sont toujours exposés au risque de pauvreté, même si ce pourcentage a diminué par rapport à 2011.

Dans les domaines de l’éducation et de l’emploi, les améliorations sont donc inégales et modestes :

  • Éducation : davantage d’enfants roms bénéficient de services d’enseignement et d’accueil préscolaires (53 % en 2016, contre 47 % en 2011), les progrès les plus marqués ayant eu lieu en Espagne, en Slovaquie, en Bulgarie, en Hongrie et en Roumanie, et les cas de décrochage scolaire sont moins nombreux (68 % en 2016, en recul par rapport à 87 % en 2011). Ces pourcentages restent trop élevés et la ségrégation dans l’éducation demeure un problème dans certains pays, plus de 60 % des enfants roms étant ainsi séparés des autres enfants en Slovaquie, en Hongrie et en Bulgarie.
  • Emploi : la proportion grandissante de jeunes Roms ne travaillant pas et ne suivant pas d’études ni de formation (63 % en 2016, en hausse par rapport à 56 % en 2011) est un signal alarmant de l’inefficacité de la transition de l’éducation à l’emploi et à d’autres domaines. Ce taux a en fait progressé en Espagne, en Slovaquie, en Roumanie, en République tchèque et en Hongrie.

Source : Site Europa, 30 août 2017

Mis en ligne le 31 août 2017

Twitter

Publicité